Javascript is disabled. This site requires javascript to display properly.

The News

Laboratoire : La fibre pour des routes plus performantes

Wednesday 2 July 2014 at 0:00

Face à la raréfaction des crédits d'entretien routier nous devons proposer des techniques plus économes que celle qui consiste à réaliser un nouveau tapis d'enrobés.

C'est dans ce cadre que nous testons des techniques plus performantes que les enduits superficiels ordinaires. Nous avons ainsi réalisé entre les 16, 17 et 18 juin un chantier de démonstration près d'Arras et un autre avec le Conseil Général de la Seine Maritime près de Saint-Saëns.

Ces techniques sont à base de fibres. La première désignée sous le terme Enduit Superficiel Armé de Fibres (ESAF), fait appel à des fibres coupées par une machine qui les répand à la surface de la route à enduire. La seconde désignée sous le terme Enduit Superficiel Renforcé par Géotextile (ESRG) fait appel comme son nom l'indique à un géotextile qui est déroulé manuellement ou mécaniquement sur la route.
Le point commun de ces 2 techniques est que les fibres sont prises en sandwich entre 2 couches d'émulsion de bitume pour constituer un complexe anti-remontée de fissure sur lequel nous appliquons aussitôt une couche de gravillon. A ce stade on obtient un enduit superficiel monocouche armé/renforcé de fibres. Puis nous complétons cela par une nouvelle application d'émulsion suivie d'un nouveau gravillonnage plus fin que le premier. Au final cela ressemble à un enduit bicouche traditionnel, à la différence qu'il est armé/renforcé et qu'il est plus riche en bitume pour masquer beaucoup plus durablement les fissures dont souffrait la route.

Ainsi la technique peut être appliquée localement là où il y en a besoin, par exemple dans le cadre d'une campagne d'enduits superficiels qui couvrira toute une section de route, sans différence apparente pour l'usager entre ce qui aura été armé/renforcé et ce qui ne l'aura pas été. Comme pour toute nouveauté il y a bien sûr une période de mise au point et de rodage pour optimiser la technique, dont la mise en oeuvre, ceci avant d'apporter un jugement technico-économique définitif.